Profil



Portrait d'un homme
Don Collins en pleine concentratioin
Par Thierry Bretagne
Le regard battu, intense, en amande. Des cernes bleutées. Des rides d’expression qui lui zèbrent le front et lui barrent les joues, comme autant de balafres infligées par l’existence. Des sourcils, dessinés à gros traits : tout cela compose un masque de guerrier africain. Une gueule qui a pris des coups. 

Le joueur

"Regard de tueur, mental d’airain, ailier de feu, maître du un contre un ", "sorte de Michael Jordan européen ", "un tueur au sang froid ", "joueur matador " , "regard presque hostile ", " jeu âpre, sans concession, terriblement efficace mais si tranchant … comme un diamant " Vous l’aurez compris, Don Collins était avant tout un guerrier :  "sur le terrain, je n’ai plus d’ami" . Maître du un contre un, Collins était un ailier rapide. Son jeu n’était pas flashy, plutôt sobre, même classique mais particulièrement efficace. Il faisait preuve d’une facilité déconcertante et engrangeait les points avec une adresse à faire pâlir un pivot. Malgré un gros pourcentage de réussite, il n’était pas ce qu’on pouvait appeler un shooteur pur. Son registre reste et restera le un contre un et  sa finition en Lay up. Don Collins était l’assurance vie de Limoges et de beaucoup d’autres clubs où il a évolué.
Physiquement pas vraiment impressionnant : "je ne suis pas un joueur physiquement costaud, mais je suis plus fort qu’on ne pourrait le croire..", Collins avait pourtant un jeu physique. Il aimait le contact, aller dessous et n’hésitait pas à s’appuyer sur ses adversaires pour shooter, souvent à la limite du passage en force. Certains l’ont dit protégé par les arbitres, ce à quoi il répondait : "sûrement que les défenseurs ne sont pas toujours en bonne position… Non, sincèrement, je ne pense pas être protégé. Je prends pas mal de coups aussi, et çà, on ne le siffle pas toujours non plus. Si je devais shooter tous les lancers francs qu’on me doit, je serais le premier du championnat".
Au delà d’être un excellent attaquant, ce qui le rendait plus fort qu’un autre c’est qu’il était l’homme des moments chauds : "mettre des paniers, c’est bien. Les inscrire dans les moments décisifs, c’est mieux. Et à ce jeu, Collins n’a pas d’égal. L’ailier vit pour ces dernières secondes. Forcer les décisions sur un dernier ballon, c’est ce qu’il fait de mieux." (20 ans de basket pro,LNB).
Mais j’aurais tort de vous présenter que cette facette du jeu de Collins, car il était  surtout un joueur complet capable d’étouffer son adversaire d’un côté du terrain tout en l’enrhumant de l’autre. Et surtout, Collins n’était pas perso ! Il savait jouer pour les autres, prendre le recul nécessaire pour mettre ses coéquipiers en valeur :  "Don peut s’exprimer parce qu’il bénéficie du travail de ses coéquipiers, il sait lui aussi travailler pour les autres, les amener au panier, les mettre en confiance. Il sait faire preuve d’altruisme" (Freddy Hufnagel, finale 1989).  "dans les moments importants, ce sera toujours Collins qui fera des choses extraordinaires. S’il ne se croit pas obligé de jouer comme le soliste merveilleux qu’il sait être, c’est parce qu’il sait parfaitement ce qu’il faut à son équipe. C’est une belle preuve d’intelligence et de lucidité" JL Monschau ..


Don Collins à l'attaque du cercleLe Lay-up

Définition: panier une main en double pas en montant la balle  main dessous, il peut être réalisé en touchant le panneau ou directement en déposant le ballon dans le cercle (layin).












Don Collins et son chien

Don Collins: un homme qui fait peur!

"un regard Terrifiant" A.Wolff

Don Collins et un jeune supporter


"un tueur au sang Froid" 20 ans de la LNB

Don Collins et sa fille




"Oh, lui c'était le diable avec sa Barbe" A.Wolff











- Administré par JCC (JCC@don-collins.fr) -Mengions légales -

sport divertissements gratuit                   Referencement